Mon avis quant aux bains d’huiles d’olives

Bonjour douces lectrices !

Je viens aujourd’hui en coup de vent, sur un coup de tête, vous donner mon avis quant aux bains d’huiles d’olives pour nourrir ses ongles. J’en ai très très souvent entendu parler et j’ai donc essayé ( et à plusieurs reprises !).

Tout d’abord, pour toutes celles qui ne connaissent pas cette petite astuce (ma foi très simple), elle consiste à laisser tremper ses ongles durant 10 minutes à peu près dans une petite tasse d’huile tiède (pas bouillant hein ! 30 secondes au micro-ondes suffisent amplement). Ensuite on rince abondamment et vos ongles vous disent merci (enfin ils sont censés). Petite opération à répéter 1 fois par semaine et le tour est joué. Le tour est joué, le tour est joué.. J’ai pas exactement le même avis.

Je ne le dirais jamais assez, j’ai constamment besoin de nourrir et réparer mes ongles et mes cuticules que je malmène à longueur de journée. Ayant lu sur de très nombreux blogs de très nombreuses bloggeuses venter cette astuce, je l’ai donc essayé, et plusieurs fois (car je n’arrivais pas à être régulière, parce que OUI une fois par semaine c’est déjà trop pour moi !).

Mon bilan ! Déçue, trèèèès déçue. Je n’ai vu aucuns résultats spectaculaires, contrairement à l’huile de soin Kiotis. On utilise beaucoup d’huile pour pas grand chose, un simple bain de 10 minutes. Selon moi c’est du gâchis. En plus de cela, les ongles restent gras très longtemps même en se lavant 5 fois les mains (c’est de l’huile me direz vous, pas très étonnant).

Bien que je trouve cette astuce décevante, j’en ai d’autres qui sont selon moi très efficaces pour nourrir ses ongles et ses cuticules. Pour commencer, le soin Kiotis, que je ne cesserai jamais de vanter. Autre variante, le beurre de karité, qui sera l’allié de vos ongles. Tout comme le soin Kiotis, il faut juste en appliquer un tout petit peu au commencement de chaque ongle (enfin sur les cuticules quoi), et masser jusqu’à absorption.

Voilà, j’espère que vous ne vous êtes pas trop ennuyées à me lire, et que mes quelques conseils pourront vous être utiles. Si vous avez des questions, je serais ravie d’y répondre en commentaires !

Tendres bisous.

Benoite.

Image : Le Figaro

Repeindre un mur : pour les débutants (comme moi)

Bonjour chères lectrices et chers lecteurs !

Cela fait un petit moment que je n’ai pas écrit, plus par manque d’idées que par manque de temps, je l’avoue (ouh la mauvaise blogueuse…). Depuis plusieurs mois je souhaitais repeindre un mur de ma chambre dont j’avais HORREUR maintenant ; un mur bleu, entre bleu azur et bleu de France, que je souhaitais absolument à 12 ans. Avec le temps on se lasse, il était temps de changer ! Un petit tour à Mr. Bricolage, et me voilà parée pour la guerre.

J’ai donc profité du week end de 3 jours que nous avons eu dernièrement pour repeindre ce petit mur que je détestais tant, avec l’aide de mon copain. J’ai donc écouté ma maman et le vendeur, qui m’ont conseillé d’acheter tout cette artillerie.

PSX_20160516_101142

J’ai donc acheté pour commencer :

Une bâche protection résistante – B RESIST – 9,70€

Un rouleau de ruban adhésif

Un bac de peinture ainsi qu’un liner jetable – Environ 4€

Un pinceau fin pour les angles, fenêtres et moulures

Un rouleau (ou plusieurs dans le cas où vous n’êtes pas seul dans cette bataille !)

Un manche pour le rouleau (C’est plutôt utile je dirais) –

Deux pots de sous-couche spéciale papiers peints (la quantité dépend évidemment de la surface que vous avez à peindre, et il faut faire attention à la sous-couche que vous achetez, prenez une sous-couche spéciale papiers peints si vous peignez par-dessus une tapisserie, etc.)

Un pot de la peinture que vous avez choisi –

J’en ai en tout eu pour environ 150€. Je n’ai listé ici que ce qui vous sera nécessaire pour peindre. Il se trouve que j’ai acheté (ou plutôt que ma maman a acheté) plus qu’il n’en fallait. Avoir deux types de rouleaux différents ne m’a servi strictement à rien. De la patience et des bras solides seront vos fidèles alliés pour nettoyer les rouleaux comme neufs. N’hésitez pas à demander des conseils aux vendeurs ou à des personnes de votre entourage ayant déjà peint avant de vous jeter sur le travail, les conseils sont absolument nécessaire.

Première étape : Préparer le terrain

Commencez par recouvrir tous les bords de votre plafond, des plaintes, des prises électriques et des interrupteurs. Cette étape est minutieuse car il faut placer le ruban adhésif le plus près possible de la surface à peindre, afin d’éviter de déborder au maximum lorsque l’on peint. Faites attention au type de ruban adhésif que vous choisissez ; il faut le choisir selon le nombre de jours que vous prévoyez de peindre. Le risque serait qu’un ruban adhésif, adapté pour 2 jours de travaux alors vous prévoyez 4 jours, arrache la peinture existante qu’il recouvre.

PSX_20160519_192503

Prenez ensuite le soin de poser et coller au ruban adhésif une bâche au sol, pour éviter de tâcher le sol ( et devoir passer 1h à nettoyer avec une éponge gratte-gratte… Je parle en connaissance de cause). Cette préparation vous prendra un peu de temps.

Deuxième étape : Tout est dans la précision

Une fois tout cela fait, nous nous attaquons aux bords et aux angles. Pas très long, pas vraiment le plus chiant, CORRECT. Ainsi, vous utiliserez votre petit pinceau spécial angles que vous aurez légèrement humidifié au préalable, pour éviter que les poils ne se détachent lorsque vous peignez. Commencez par peindre tout le long de vos bandes de ruban adhésif. Cette étape est primordiale ; sans elle, les bords seraient imparfaits puisque les rouleaux de peinture sont beaucoup trop large pour faire ce genre de préparation minutieuse.

Troisième étape : La sous-couche

Une fois toutes ces étapes réalisées, nous nous attaquons à la pose de la sous-couche. Si vous souhaitez peindre une couleur claire par-dessus une couleur plus foncée, celle-ci est nécessaire. Dans le cas inverse ou dans le cas où vous souhaitez peindre ton sur ton, cette étape peut-être oubliée (je vous conseil quand même de demander à un vendeur). Ayant initialement un mur bleu et voulant peindre un rose pastel, on m’a alors conseillé de poser 2 couches de sous-couche. Si vous peignez sur de la tapisserie faites très attention, et demandez pleins de conseils à tout le monde et à n’importe qui ! Alors que le vendeur m’avait conseillé une sous-couche spéciale papiers peints, mon papier peint s’est quand même décollé ! HORREUR ! Pas de panique ! Si vous sentez que le papier peint se décolle facilement alors enlevez le, sinon, essayez tout de même de peindre par-dessus délicatement. Moi j’ai pu l’enlever sans trop de problèmes, alors j’ai continué ma petite aventure. J’ai peint mes sous-couches comme prévu. Si votre sous-couche n’est pas assez couvrante alors que vous venez de passer 3 couches (comme moi), remplacez la sous-couche par une vraie peinture de la même teinte (soit blanche) pour vous en servir de sous-couche. Choisir une peinture de basse qualité comme sous-couche n’est pas toujours la meilleure solution ; elle est moins pigmenté, donc elle couvrira moins votre mur.

Comment peindre ? Visualisez un carré d’un mètre sur un mètre ; commencez par peindre verticalement puis repassez horizontalement par-dessus. Il est inutile d’appuyer de toutes ses forces (hein Benoite..) car cela laisse des traces, mieux vaut remettre de la peinture sur son rouleau.

Quatrième étape : La peinture, la vraie, celle qui fait vibrer notre coeur

Une fois la sous-couche sèche et que vous êtes toute fière de votre résultat, vous pouvez enfin appliquer la peinture finale. Une couche peut être suffisante, mais je vous conseil d’en faire 2 pour bien combler les quelques petits oublis qu’on ne voit pas toujours.

Le vendeur m’a conseillé une peinture (tout comme la sous-couche) acrylique et j’en ai été très contente ! C’est beaucoup moins stressant de peindre avec de l’acrylique puisqu’on sait qu’on pourra nettoyer en cas de tâches.

Le temps de séchage d’une sous-couche ou d’une peinture est toujours indiqué sur le pot. Il peut être divisé par deux si on peint une couleur identique l’une sur l’autre, mais c’est plus sur de respecter le temps de séchage indiqué. Je vous conseil de ne jamais mouiller votre rouleau avant de peindre. Par expérience j’ai pu voir que lorsqu’on mouille le rouleau, l’eau va partiellement empêcher la peinture d’accrocher sur le mur et vous serez obligé de repasser une couche de peinture pour tout unifier. 

Tendres bisous à vous.

Benoite.